Presse | Magali Lauron
656
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-656,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-14.0,qode-theme-bridge,transparent_content,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Presse

Arts-et-spectacles.com

« De Schubert à Piazzola une soirée de piano électrique…
Piano à quatre mains sur un seul instrument, quelle performance mais avec ces deux interprètes, quel plaisir !
Les Seize Valses de Brahms pour quatre mains furent un véritable exercice de rythme, vrai  » pas de deux « pour finir avec la merveilleuse seizième valse.
Après l’entracte, seule, Magali Lauron a tout donné d’elle-même dans la troisième sonate de Scriabine. Le Drammatico initial, véritable volcan qui nous a emporté pour finir avec le Presto con fuoco, du feu, que du feu, sous les doigts de la belle pianiste….
En prime : deux bis. Une petite et charmante sonatine de Jean-Sébastien Bach, Grottes zait ist die… et le Libertango…
Très belle soirée ce lundi 13 août 2018»

 

Août 2018

La République du Centre

« Un récital enlevé pour clore le festival de piano. Magali Lauron a terminé en beauté le festival…

Vendredi soir, au théâtre Puits-Manu, la pianiste Magali Lauron a interprété des pièces de Scarlatti, Schubert et Schumann, devant un public médusé par la virtuosité de l’artiste… »

 

Juillet 2018

La Nouvelle République

« Le romantisme au bout des doigts avec Magali Lauron. 

 Le cycle romantique d’hiver s’est terminé, ce dimanche, avec Magali Lauron et des auteurs comme Scarlatti, Schubert et Robert Schumann. Le romantisme a baigné la salle de l’Auditorium pour ce dernier récital et il y avait encore foule pour écouter ces musiques merveilleuses et ces musiciens et musiciennes de talent.

Dans le concert des grands musiciens romantiques proposé, dimanche, à l’Auditorium, elle se sent à l’aise aussi bien dans un adagio chantant de Scarlatti que dans la passion d’un Robert Schumann. Les applaudissements qui ponctuaient les morceaux choisis donnaient l’image du plaisir que les auditeurs avaient eu durant ces courts instants musicaux… »

 

Février 2016

Le Petit Solognot

« Se souvient-on à Romorantin des Saisons Musicales de Sologne…sous la conduite du grand pianiste brésilien malheureusement disparu, Edson Elias ? Une très jeune stagiaire, Magali Lauron était alors au nombre de ses élèves…aujourd’hui pianiste-concertiste. C’est elle qui, lors du deuxième concert, le dimanche 13 janvier, nous a accompagnés dans un remarquable voyage, tant il est vrai que la musique se joue des barrières que voudrait imposer l’espace et le temps. Nous avons traversé sous ses doigts tout le XIXème siècle romantique, en commençant par la sonate KV 333 : Mozart annonçait déjà les émotions que ses successeurs, Beethoven, Schubert, Schumann, Chopin, Scriabine ont su communiquer, les uns après les autres, et jusqu’au confins du XXème siècle.

Schumann, Chopin et Scriabine étaient également au menu et ont confirmé la sensibilité, la générosité, la virtuosité, bref, le très grand talent de la jeune pianiste. On aura remarqué particulièrement son aisance, souvent joyeuse, parfois plus grave, dans l’exécution des Kinderszenen (Scènes d’enfants) de Robert Schumann… »

 

Janvier 2013

Midi Libre

« Magali Lauron a enchanté le Domaine Bérénas.

Le domaine Bérénas a ouvert ses portes à Magali Lauron, pour la quatrième année consécutive, c’est dire si son talent est apprécié à Nébian…Ce soir, Magali Lauron interprète, en début de concert, une œuvre de Liszt, dont c’est le bicentenaire de la naissance. Des applaudissements très nourris saluent l’œuvre et l’interprétation. C’est magique ; la disposition du piano, face au grand pressoir et légèrement en biais par rapport au public, permet d’admirer la dextérité de l’artiste. Par moments ses doigts s’envolent puis effleurent les touches du piano. A d’autres, les mains se croisent avec élégance. Magali vit la musique. Cela fait plaisir à voir et à entendre. En deuxième partie, Magali Lauron choisit Brahms, aux antipodes de Liszt, son aîné de 20 ans. C’est exceptionnel ! Pour terminer elle revient, tout aussi brillamment , à Liszt. De longs applaudissements ponctuent le concert… »

 

Août 2011

Midi Libre

« Le domaine de Bérénas fête Chopin et Scumann…le romantisme à l’honneur en présentant les trois artistes.

Magali Lauron, pianiste…Alexandre Ferran, auteur, metteur en scène et comédien…Anton Martynov, violoniste moscovite d’origine…

Durant la première partie, en alternance, Magali Lauron a joué des œuvres de Chopin tandis qu’Alexandre Ferran lisait des textes de Chopin et de Georges Sand.

Des applaudissements nourris ont salués les deux artistes…le public a apprécié le récital piano et violon Schumann et Brahms. Très belle soirée. »

 

Juillet 2010

Midi Libre

“Une profondeur, une puissance, une pureté de style, rares chez une artiste aussi jeune.”

 

Juillet 2009